ImmoScout24

Flamatt, 13 octobre 2020

Les Suisses veulent de plus grands appartements

Par rapport à l’année dernière, la part de recherche pour des appartements d’une pièce a chuté de plus de 18 %. En revanche, selon une évaluation d’ImmoScout24, les appartements de 4,5 pièces se seraient hissés en deuxième place du classement des types d’appartements les plus prisés.

Alors que la demande pour de petits appartements est en baisse, on observe une croissance proportionnellement plus élevée des recherches d’appartements plus grands. C’est ce qu’a montré une analyse de la plateforme immobilière Immoscout24, qui a comparé les saisies de recherche des derniers mois avec les données de 2019.

 « Nous constatons une nette hausse de la demande pour des biens immobiliers plus grands », explique Martin Waeber, directeur d’Immoscout24. « Depuis avril, la part de recherches pour des appartements de 1, 1,5 et 2 pièces a fortement baissé. Les appartements d’une pièce, en particulier, enregistrent un recul de 18,2 %, et montrent à quel point le logement a pris de l’importance », ajoute l’expert en immobilier. Cette tendance se retrouve également dans les saisies de recherche pour les autres catégories. En effet, la part de demandes pour les appartements de 3,5 pièces aurait augmenté de 4 %, et même de 14,7 % pour les appartements de 5,5 pièces. La plus forte hausse concerne les appartements de 6 pièces et plus. Les recherches pour ce type de biens auraient augmenté de plus de 29 % par rapport à la même époque en 2019.

Pour les personnes en quête d’un logement, la catégorie privilégiée reste celle des appartements de 3,5 pièces. 17,7 % des recherches concernent ce type de biens. Ce qui change, c’est le succès rencontré par les appartements de 4,5 pièces, qui figurent désormais en deuxième place, reléguant ainsi les appartements de 3 pièces en troisième place du classement.

Une conséquence de la crise

Selon Martin Waeber, cette évolution est avant tout une conséquence de la crise du coronavirus. Certes, on observait déjà en début d’année une légère tendance à la hausse pour les appartements de grande taille. « Mais depuis le confinement, celle-ci semble largement se confirmer, et perdurer », indique M. Waeber. La population passe désormais plus de temps à la maison et accorde donc davantage d’importance à ses conditions d’habitation. Sans compter le télétravail, qui a gagné en popularité avec la crise. « Quand on travaille à la maison, on a besoin d’un aménagement adapté, ce qui s’accompagne souvent d’un désir d’espace », ajoute l’expert.

Privilégier la campagne par souci d’économies

Ces dernières années, les prix n’ont cessé d’augmenter dans les points névralgiques du pays. Pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir un appartement plus spacieux en centre-ville, les logements en périphérie ou en zones rurales peuvent constituer un compromis intéressant. « Les modes de travail flexibles gagnent progressivement en importance, ce qui constitue un avantage certain pour la recherche de logements. En effet, les loyers sont souvent plus abordables dans les agglomérations qu’en centre-ville », explique Martin Waeber. Pour les personnes qui travaillent de plus en plus à domicile, le rêve d’espace peut ainsi se concrétiser sans grand impact sur le budget.

Télécharger un communiqué de presse au format:

Télécharger au format PDF Télécharger des images (zip) Imprimer